Précédent

ⓘ Fortifications de La Rochelle




Fortifications de La Rochelle
                                     

ⓘ Fortifications de La Rochelle

L’histoire des fortifications de La Rochelle, remonte au XIII e siècle de notre ère, pour se terminer au XX e siècle. Les éléments de défense les plus connus sont aujourdhui les tours médiévales situées à lentrée du Vieux-port, emblèmes de la ville et lieu dattraction touristique.

Trois enceintes sont successivement entourées la ville: un ensemble de fortifications médiévales, une enceinte dite "protestante" et lenceinte Ferry.

                                     

1.1. Chronologie Enceintes médiévales XIIe siècle

Le premier bourg fortifié, est daté approximativement du milieu du XIIe siècle, dessine un rectangle irrégulier, bordé à louest par le ruisseau de Lafond où se trouve le port primitif, à lest par les marais salants de Saint-Eloy et Maubec, au sud par le fond du havre et un canal qui le relie au ruisseau précité.

la fin du XIIe siècle et au début du XIIIe siècle, la ville sétend et englobe, au nord, une partie du faubourg de Cougnes ainsi que les faubourgs Saint-Nicolas 1205 et du Perrot ce dernier réputé "muré" en 1352.

Un château seigneurial, construit au XIIe siècle le château de Vauclair est encastré dans le front ouest de la ville, près de langle nord-ouest de la première enceinte. Occupé par les Anglais pendant la guerre de Cent Ans, il est repris en 1372 avec laide de la population, puis démoli à sa demande en raison de la menace quil constitue pour la ville. Seules, les deux tours du front ouest, intégrées à lenceinte de ville, sont conservées jusquen 1573.

la fin du XIVe siècle, par extensions successives, la ville borde, au sud, le fond de la baie et englobe le havre où sest déplacé le port. Au nord, lenceinte initiale a été démolie sauf la porte de Mauléon, bien quelle neût plus dutilité et le nouveau tracé englobe une partie du hameau de Cougnes, dessinant à lest une protubérance avant de revenir se raccorder à la partie conservée du noyau central.

Au sud, en revanche, lenceinte initiale a été conservée entre la tour des Moureilles et lécluse de la Verdière, suivant le fond du port et le canal. Les communications entre le coeur de la ville et le quartier du Perrot continuent de se faire par des portes, dont celle de la Grosse Horloge, qui subsiste encore.

                                     

1.2. Chronologie Tour de la Chaîne

Érigée entre 1382 et 1390, quelques années après la tour Saint-Nicolas, elle avait pour fonction de tendre la chaîne, fixée par un anneau dans la tour Saint-Nicolas sur l’autre rive, de manière à interdire l’accès du port en barrant le chenal entre les deux tours.

Cette tour, qui faisait également office de poudrière, a été gravement endommagée en 1651 lors de la Fronde, une explosion l’ayant découronnée, détruisant sa toiture, les mâchicoulis et le chemin de ronde.

En 1824, lors de l’élargissement de l’entrée du port, la petite tour de la chaîne abritant le cabestan qui servait à tendre la chaîne est détruite.

Classée monument historique en 1879, elle a été partiellement restaurée au XIX e siècle et au début du XX e siècle.

                                     

1.3. Chronologie Tour Saint-Nicolas

D’une base légèrement pentagonale, elle est d’une hauteur de trente-six mètres. L’intérieur est composé de trois grandes salles octogonales superposées, dont deux sont voûtées. Le sol est incliné à 2 %, signe de l’enfoncement de la tour constaté pendant sa construction. Inclinaison qui sera conservé pour la restauration de la tour, mais dont le sol sera surélevé de 50 cm par rapport au sol originel. Chaque niveau de la tour est percé en son centre d’un oculus, ouverture ronde utilisée autrefois pour ravitailler les étages de la tour, se parler ou se défendre.

Trois alvéoles sont situées autour du rez-de-chaussée. Leur fonction n’est pas certaine selon les historiens.

La première tour était sur pilotis, et était isolée sur l’eau. Aucune muraille ne la reliait à la terre ferme.

À la seconde moitié du XIV e siècle fut construite la tour telle qu’on la connaît aujourd’hui.

Sur le flanc de la tour, on peut voir l’amorce d’une arche. L’architecte Lisch, chargé de la restauration des tours à la fin du XIX e siècle en déduisit l’existence d’une arche entre la tour Saint-Nicolas et la petite tour de la chaîne. Mais aucune gravure, ni aucun texte n’en mentionne l’existence. Elle n’a certainement jamais été construite.

En 2016, des travaux entrepris sur lesplanade du Gabut révelent les vestiges de la muraille attenante à la tour Saint-Nicolas. Par la suite, de nouveau recouvert, un muret constitué de blocs de pierres de tailles différentes permet de localiser lancienne muraille.



                                     

1.4. Chronologie Tour de la Lanterne

La tour de la Lanterne est la plus grande des trois tours du front de mer de La Rochelle. Elle mesure 55 mètres de haut et est constituée de deux parties. Sa base est un cylindre haut de 25 mètres et de plus de 15 mètres de diamètre. Il est surplombé d’une flèche octogonale dont quatre des huit pans sont percés de fenêtres trilobées de style flamboyant. Chaque nervure est garnie de crochets.

Plusieurs salles superposées composent l’intérieur de la tour. On y trouve de nombreux graffitis gravés dans la pierre par des marins anglais, espagnols ou hollandais, emprisonnés dans la tour entre les XVIII e et XIX e siècles.

Ouvrage de l’enceinte médiévale construit peut-être sur l’emplacement d’une ancienne tour. Commencé selon Claude Masse en 1445, il ne fut achevé que 23 ans plus tard 1468. À l’origine elle formait l’angle sud-ouest de l’enceinte médiévale et sa tourelle à lanterne servait de phare et d’amer. Elle se situait à cette époque au bord de l’eau.

Conservé lors du rasement des fortifications en 1629, il fut ensuite intégré dans la nouvelle enceinte de 1689. De 1900 à 1914, une restauration sur des projets de Juste Lisch, puis sous la direction d’Albert Ballu, lui redonne son aspect médiéval.

La tour servit souvent de prison et, en 1822, on y enferma 4 sergents du 42 e régiment de ligne qui avaient comploté contre Louis XVIII. Ils furent jugés à Paris, condamnés à mort et guillotinés en place de Grève aujourd’hui place de lHôtel-de-Ville. Ils sont passés dans l’Histoire sous le nom des "quatre sergents de La Rochelle" et la tour conserve leur souvenir. Il est très fréquent quelle soit appelée "Tour des 4 Sergents".

                                     

1.5. Chronologie Tour de Moureilles

Cette tour fut achevée, selon lingénieur Claude Masse, en 1399. Elle se trouvait au bord du quai Maubec et avoisinait la première porte Maubec et le cimetière Saint-Sauveur. Comme les trois tours du front de mer elle fut épargnée du rasement des enceintes après le siège de 1628, elle est alors donnée au couvent de Récollets. En 1690 la tour de Moureilles est rachetée par le roi pour être convertie en magasin à poudre. Elle est détruite en 1786 pour laisser de la place à la construction de larsenal dartillerie.

                                     

1.6. Chronologie Grosse Horloge

La tour de l’horloge, nommée Grosse Horloge, était à l’origine une porte de la ville fortifiée, ouverte dans l’enceinte primitive. Au XIII e siècle son nom était la porte du Parrot ou Perrot, car elle donnait accès au faubourg de ce nom. La porte était percée de deux baies, la plus large pour les chariots et la plus petite pour les piétons.

En 1478, elle est surmontée d’un clocher octogonal, coiffé d’un campanile abritant la cloche de l’horloge.

En 1672, on réunit les deux baies en une seule arcade afin de faciliter la circulation.

En 1746, la partie supérieure de l’édifice est démolie pour faire place à la construction actuelle en forme de cartel Louis XV flanqué d’attributs scientifiques et militaires.

Aujourd’hui, elle reste un des principaux points de passage entre les quais et la vieille ville.

                                     

1.7. Chronologie La Porte de Cougnes

La première porte de Cougnes se situait à l’angle nord-est de l’enceinte médiévale. Elle fut construite en 1412 à l’emplacement où, dès le XII e siècle, se situait l’entrée principale de la ville. Cest par cette entrée que les souverains et les princes pénétraient dans la ville. Chaque entrée faisait lobjet dune cérémonie solennelle. Elles étaient composées de deux grosses tours rondes. En 1558, lingénieur italien Scipion Vergano construit un ouvrage avancé. En 1576, la porte est réparée. Englobée dans les nouvelles fortifications autorisé par Henri IV, Louix XIII sera le dernier souverain à passer la porte lors de la reddition de la ville en 1628. En 1741, elle est détruite sauf le soubassement de l’une des tours sur lequel a été bâti le clocher de léglise Notre-Dame-de-Cougnes et dans lequel est aménagé un passage piéton.

                                     

1.8. Chronologie La Porte des deux Moulins

La porte des Deux-Moulins est un ouvrage dentrée une redoute dans lenceinte médiévale. Deux moulins à marée avaient été élevés à proximité doù le nom de la porte. La porte actuelle date du début du XVIII e siècle. La première avait été construite vers 1200.

                                     

1.9. Chronologie La Porte Saint-Nicolas

La Porte Saint-Nicolas fut construite entre le XI e et le XII e entre lactuelle avenue du Général de Gaulle et la rue du rempart Saint-Claude et constituait une route en direction de la gare de La Rochelle, avec sous les deux arcades, des voies de tramways. Elle commandait l’un des accès de la ville à partir du XIII e siècle. Ouvrage dentrée qui protégeait la partie sud de la ville, celui-ci était surmonté du blason de la ville et était surtout remarquable par ses créneaux et merlons soutenus par des chapiteaux de style corinthien situés au centre entre les deux arcades et de part et dautre des arcades. Détruite vers le début du XX e environ 1930 selon les dernières cartes postales existantes pour faciliter la circulation, il nen reste aujourdhui que les traces de la murailles et danciens clichés.

                                     

1.10. Chronologie Enceintes protestantes XVIe siècle

Au cours du siège de 1573, les fortifications médiévales sont renforcées et unifiées. Trois bastions à orillons à litalienne ont été édifiés: au saillant nord-ouest bastion de lEvangile, devant la porte Neuve, et au milieu de la courtine est du front de mer bastion du Gabut. Un ouvrage à cornes couvre la porte des deux Moulins en plus de la barbacane, tandis que des demi-bastions couvrent lun, la porte de Cougnes, lautre bastion des Dames, lenceinte au niveau de lentrée du canal de Maubec. La Porte Saint-Nicolas a été renforcée dune sorte de boulevard, doté dun retranchement tenaillé intérieur, tandis quun boulevard demi-circulaire couvre le saillant sud-est de lavancée de Cougnes. Enfin, des cavaliers dartillerie, placés derrière lenceinte et la dominant, fournissent un appoint de feux aux saillants les plus exposés ou face aux directions les plus dangereuses.

En 1590 les Rochelais obtiennent du roi Henri IV lautorisation dériger une nouvelle enceinte et dy joindre la "prée Maubec". Devenue place de sûreté protestante la ville va se fortifier, cette enceinte sera appelée "enceinte huguenote" ou "enceinte Henri IV".

En 1627, Richelieu enferme la ville en aménageant une ligne de contrevallation dune vingtaine de forts encerclant la ville et pour fermer son accès à la mer il fit construire une digue de 1500 mètres de long. La digue reliée le fort du Port Neuf au fort de Marillac sur la pointe de Coureilles actuelle pointe des Minimes. Après le siège les fortifications sont rasées à lexception des tours de la Lanterne, de la Chaîne, Saint-Nicolas et de Moureilles ainsi que le bastion du Gabut.



                                     

1.11. Chronologie La Porte Maubec

Lancienne porte Maubec était adossée à léglise Saint-Sauveur et donnait accès au canal. Elle correspondait aux fortifications de la première enceinte. La nouvelle porte Maubec correspond à la période de la construction de lenceinte dite "Protestante", autorisé par Henri IV pour englober la "prée Maubec" entre 1590 et 1610. Elle fut percée en 1611. Elle survit aux destructions suivant le siège de 1627-1628 et à lédification dune nouvelle enceinte à partir de 1689. Au cours du XVIII e siècle, elle est utilisée à des fins privées, avant de servir dentrepôt pour un magasin deau de vie, puis pour lhôpital Saint-Louis au XIX e siècle. La Porte Maubec a été récemment entièrement rénovée pour en faire un espace culturel, lieu dexposition ou dévénement lié aux arts,

                                     

1.12. Chronologie La seconde Porte de Cougnes

Une seconde porte de Cougnes a été édifiée en 1614 dans le cadre de la construction de la nouvelle enceinte autorisée par Henri IV. Cette porte, axé vers le nord, se situait au croisement de lavenue des Cordeliers et de la rue Alcide dOrbigny. Selon Claude Masse un des plus beaux édifices qui fut à la Rochelle. Elle fut démolie en 1689 pour fournir des matériaux à la dernière enceinte. Il nen demeure que quelques éléments de décor en arrachement sur la maison voisine, à lorigine corps de garde.

                                     

1.13. Chronologie Enceinte Ferry XVIII e siècle

Les fortifications restèrent en létat jusquà la fin du XVII e siècle. Le développement de Brest et de Rochefort ainsi que le déclin de Brouage, détournent lattractivité du port "protestant" de la Rochelle. Néanmoins en 1688, débute la Guerre de la ligue dAugsbourg, dans laquelle la France se retrouve opposée aux deux grandes puissances navales, que sont lAngleterre et les Provinces-Unies. Devant la vulnérabilité que constitue La Rochelle, comme nimporte quel port, et la crainte dun débarquement anglo-hollandais dans une région ou les sympathies parmi les réformés ou 1es "nouveaux convertis", considérés comme ennemis de lintérieur, restent fortes, lingénieur François Ferry est chargé de reconstruire les fortifications de la ville.

La nouvelle enceinte reprend, à louest le tracé de celle de 1629, dont les fossés subsistaient à cause du ruisseau de Lafont. En revanche, au nord et à lest, elle est reportée 150 à 200 m plus loin et, entre langle nord-ouest et lentrée du canal de Maubec, développe en arc de cercle, parallèlement à la précédente, six fronts bastionnés totalisant cinq bastions et deux demi-bastions, tous à flancs droits, à escarpe à demi revêtement et contrescarpe revêtue. Le front ouest est resté, lui, à terre coulante, solution provisoire maintenue en cas dextension de la ville à louest et de construction dune citadelle extérieure.

À la suite du déclassement de la ville au XX e siècle), les murs denceinte ouest sont recouverts de terre et leurs parties hautes constituent aujourdhui le chemin des remparts et abrite le Parc Charruyer.



                                     

1.14. Chronologie La Porte Royale

La Porte Royale, était louverture nord-est des fortifications de François Ferry. Elle ouvrait la route vers Niort et Limoges. Construite entre 1706 et 1723, la porte, de style toscan, est basée sur un projet de Pierre Bullet de 1706.

La porte devait initialement comporter au-dessus des voûtes un logement pour létat major mais après plusieurs arrêts et reprises dans sa construction, le lieutenant-général du royaume fit stopper les travaux, ne donnant à la façade intérieure que des colonnes à mi-hauteur. La porte principale présente aujourdhui une façade, côté extérieur, sobre et massive, éloignée du projet initial et ne possédant pas le décor du projet présenté par M. de Tigné en 1723. Le dispositif défensif comporte en avant de la porte principale une demi-lune. Le décor de la porte de la demi-lune se compose de 4 colonnes toscanes, dun entablement et dun fronton triangulaire. Le fronton est décoré dun soleil entouré de cornes dabondance.

Après le déclassement de la Rochelle en tant que place forte, la porte a perdu sa vocation initiale et est tombée dans loubli.

Depuis 2012, la porte fait lobjet dun projet de restauration de grande ampleur. Ce chantier, confié grâce à un bail emphytéotique par la ville de La Rochelle à une association, Les Amis de la Porte Royale, sétale de 2013 jusquen 2022. Les activités de la Porte Royale sont divisées en deux temps: lhiver est consacré à la restauration tandis que lété, la Porte Royale souvre au public au travers des manifestations culturelles diverses, de juin à octobre.

                                     

1.15. Chronologie La Porte Dauphine

La Porte Dauphine fut construite entre 1694 et 1697 par François Ferry. Elle est surmontée dun fronton triangulaire, lequel est orné dun soleil rayonnant, et comporte une inscription, à la gloire de Louis XIV. Le Corps de garde qui entourait la porte a été détruit lors du percement de lavenue de la porte Dauphine, après la Première Guerre mondiale.

                                     

1.16. Chronologie La Porte des Dames

Vers la fin XVIII e siècle, début XIX e siècle, lespace situé au pied de la muraille reliant les tours de la Chaîne et de la Lanterne est aménagé pour devenir lespace que lon connait actuellement. À lépoque, il abritait les chantiers navals. La porte des Dames est construite dans la deuxième moitié du XVIII e siècle pour permettre un accès à ce nouvel espace. Initialement simple ouverture dans le mur denceinte, elle est profondément modifiée en 1824. On lélargie et le mur denceinte est coupé sur la totalité de sa hauteur. On construit une passerelle pour enjamber le fossé longeant la base des remparts et on construit la passerelle actuelle qui relie la tour de la Chaîne à la courtine.

                                     

1.17. Chronologie La Porte Neuve

Cet ouvrage a été aménagé en 1689 dans le front ouest dont cétait la principale sortie, la porte des Deux-Moulins ne laissant passer que les piétons. Le corps de garde a disparu dans la seconde moitié du XIXè siècle, seuls subsistent les deux piliers de la porte qui a perdu son couronnement.

Les utilisateurs ont également recherché:

fortifications de la rochelle, architecture militaire. fortifications de la rochelle,

...

Dictionnaire encyclopédique

Traduction
Free and no ads
no need to download or install

Pino - logical board game which is based on tactics and strategy. In general this is a remix of chess, checkers and corners. The game develops imagination, concentration, teaches how to solve tasks, plan their own actions and of course to think logically. It does not matter how much pieces you have, the main thing is how they are placement!

online intellectual game →